Débats

SONDAGE – Les expatriés aiment-ils encore la France ?

Entrepreneurs, expatriés, étudiants, stagiaires…  Qui sont les Français de l’étranger ? Restent-ils attachés à la Mère patrie ? Un sondage IPSOS-Banque Transatlantique inédit, dévoilé au Sénat lors du colloque « Les Français à l’étranger, un atout pour la France », tente de mieux cerner les liens entre la France et ses expatriés

Hélène Conway-Mouret, sénatrice PS et ancienne ministre des Français de l’étranger organise aujourd’hui au Palais du Luxembourg, un colloque intitulé : « Les Français à l’étranger, un atout pour la France ». L’occasion de dévoiler, lors d’une table ronde animée par Hervé Heyraud, président-fondateur des éditions lepetitjournal.com, les résultats d’un sondage IPSOS-Banque transatlantique* inédit, réalisé auprès des Français à l’étranger, sur leur relation avec la France. 

Portrait robot : 74% des Français de l’étranger sont des actifs occupés, dont 50% de salariés, 16% de travailleurs indépendants ou de chefs d’entreprise, et 8% de fonctionnaires.  Seuls 20% d’entre eux travaillent pour une entreprise ou un organisme français. Les deux-tiers ont trouvé du travail sur place et bénéficient d’un contrat local. On est donc bien loin de l’image de l’expatrié au contrat doré salarié par un grand groupe français.
77% des Français de l’étranger sont en couple, et 36% ont une double nationalité. Vivre à l’étranger est une décision qui s’inscrit dans la durée, 80% des personnes interrogées résident depuis plus de 5 ans hors de France.

Pourquoi partir ?

Plusieurs facteurs déclenchent le départ. Pour 38% des sondés, les raisons sont professionnelles. Globalement, un quart des sondés part pour avoir un meilleur niveau de vie, une proportion qui augmente encore chez les moins de 35 ans (31 %). La vie à l’étranger apporte pour plus de la moitié des répondants une meilleure qualité de vie. Beaucoup partent aussi pour des raisons personnelles, pour vivre avec un ou des proches, c’est notamment le cas pour 43% d’inactifs.
Une moitié seulement des Français de l’étranger pense rentrer « un jour » en France, 17% excluent cette hypothèse, et 33% n’ont pas trop de visibilité sur leur avenir.

Les expats accros à la politique !
Si la vie à l’étranger regorge d’aspects positifs, la France finit-elle par manquer à ceux qui ont quitté l’Hexagone ? Eh bien pas tant que ça, pour 55% d’entre eux. Il faut dire que la moitié des sondés rentre plusieurs fois par an, principalement pour rendre visite à la famille, une proportion qui décline assez logiquement avec la distance géographique.
La langue française reste pratiquée dans la vie personnelle tous les jours pour 77% des personnes interrogées. 98% d’entre eux trouvent important de transmettre la langue et la culture française à leurs enfants. En général, ce lien ce fait à la maison ou pendant les vacances en France.

Les Français de l’étranger gardent le contact avec la France : Ils sont 42% à suivre l’actualité politique quotidiennement (80% au moins une fois par semaine). 80 % apprécient de vivre à proximité d’une représentation officielle ou de bénéficier de vols réguliers entre leur pays de résidence et la France. 71% des sondés écoutent les médias français régulièrement (radios et télévisions).
Ils se sentent concernés par les élections françaises, même après de nombreuses années à l’étranger et disent prendre part aux scrutins nationaux systématiquement pour 58% d’entre eux. Pourtant les chiffres de participation sont faibles à l’étranger (en mai 2014, aux dernières élections européennes, l’abstention a atteint 89% ;  les élections consulaires n’ont mobilisé que 16% des électeurs, ndlr).

Le sentiment d’appartenance à la communauté française
39% des expatriés se sentent parfois « perçus comme des étrangers » par leurs compatriotes restés au pays. Pourtant, la citoyenneté française est importante pour 90% d’entre eux. Ce décalage s’accroit pour ceux qui vivent depuis plus de 6 ans loin de l’Hexagone. Ce qui est sûr, c’est que penser au retour génère de l’inquiétude (42%), bien avant la joie des retrouvailles (30%).
S’ils apprécient particulièrement le système de protection sociale français par rapport à celui de leur pays d’accueil, avec le recul, les Français de l’étranger portent un regard plutôt critique sur le système scolaire français, voire carrément sévère sur la situation économique, le marché du travail, ou encore l’administration française. Forts de leur expérience, ils estiment que leurs idées peuvent être utiles au pays, et pensent avoir un rôle à jouer dans la promotion de la culture et des produits français à l’étranger.

MPP (www.lepetitjournal.com) lundi 5 octobre 2015

* Sondage IPSOS-Banque Transatlantique réalisé par internet du 9 au 16 septembre 2015 auprès de 5685 Français résidant à l’étranger, tirage aléatoire sur les listes électorales consulaires en vigueur en 2015.
Retrouvez l'intégralité du sondage ici : http://m.ipsos.fr/decrypter-societe/2015-10-05-ces-francais-residant-l-etranger-quelles-sont-leurs-motivations-et-leurs-relations-avec-france

 

CFE – Plus de 35 ans de protection sociale pour les Français de l’étranger

Un sondage montre que les Français de l’étranger sont très attachés à la Sécurité sociale. Les expatriés peuvent choisir de continuer à bénéficier de la protection sociale "à la française" en adhérant à la Caisse des Français de l’Etranger (CFE). Michel Touverey, son directeur, nous explique son fonctionnement et ses missions.

MARDI EXPAT - L'afterwork des expatriés

Pour la troisième fois, l'évènement Mardi Expat a réuni plus d'une cinquantaine d'anciens et de futurs expatriés autour d'un cocktail. Organisé tous les mois par lepetitjournal.com, c'est l'afterwork à ne pas manquer pour ceux qui souhaitent…

SONDAGE – Les expatriés aiment-ils encore la France ?

Entrepreneurs, expatriés, étudiants, stagiaires… Qui sont les Français de l’étranger ? Restent-ils attachés à la Mère patrie ? Un sondage IPSOS-Banque Transatlantique inédit, dévoilé au Sénat lors du colloque "Les Français à l’étranger, un atout…
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine