Éducation

FAPEE – Les parents d’élèves des lycées français de l’étranger ont leur association

La FAPEE (Fédération des Associations de Parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger) existe depuis 35 ans. Elle se dédie exclusivement aux parents, Français et Etrangers, gestionnaires et non gestionnaires du réseau des lycées français dans le monde. Gros plan sur son rôle avec Xavier Gonon, son président




Le réseau d’enseignement français à l’étranger est très spécifique, chaque établissement y a sa propre histoire et ces particularités s’appréhendent mal à travers le prisme des problématiques hexagonales.

Nous regroupons plus de 170 APE dont 71 APE gestionnaires de leur établissement.  Les APE de certains pays se regroupent au sein de fédérations (l’APEESFT, l’association des parents d’élèves des 10 établissements d’enseignement français de Tunisie), ou de coordinations comme la  FAPALFE (13 écoles et lycées d’Espagne, MLF et EGD de l’AEFE) ou la FAPE-OSUI au Maroc. Notre principe de fonctionnement est le respect de l’autonomie de nos membres. La FAPEE est là pour mettre en relation les parents d’élèves du réseau, et apporter une aide aux APE, soit dans leur fonctionnement au quotidien, soit dans la défense de leurs intérêts auprès de nos partenaires du réseau que sont l’AEFE et la MLF. Nous capitalisons l’expérience de tous nos membres pour la mettre au profit de chacun.

Tout au long de l’année, les associations de parents dialoguent grâce aux e-groupes de la FAPEE organisés par régions du monde ou par spécificité (gestionnaires ou EGD).

Chaque année, nous tenons depuis l’origine notre  assemblée générale une fois l’an à Paris, au Palais du Luxembourg, voire à l’Assemblée Nationale, grâce au patronage de nos parlementaires et plus particulièrement ces dernières années du sénateur Jean-Yves Leconte. 

Notre conseil d’administration reflète bien la diversité du réseau monde et nos administrateurs sont des gens de terrain, des parents bénévoles en responsabilité. Nous n’avons aucune affiliation politique et face aux  dégâts que peut causer  une gestion politique du réseau, nous souhaitons surtout  être pragmatique et assurer la préparation aux mutations qui sont devant nous,  en défendant toujours la cause des familles et l’action des parents engagés dans leur établissement, au service de la communauté.  

Nous les représentons au conseil d’administration de l’AEFE et la Mission Laïque Française et siégeons à la Commission Nationale des bourses scolaires.  Nous valorisons le partenariat et contribuons fortement aux réflexions sur différents dossiers, que ce soit au niveau de l’institution et des familles (avenir du réseau, stabilisation des droits de scolarité,  plans d’orientation stratégique) qu’au niveau de la politique éducative (évaluation des élèves - en insistant sur le contrat de confiance-, enseignement des langues – nous militons ainsi fortement, depuis plusieurs années, pour l’implantation de sections internationales et sommes contents d’avoir été écoutés !-, accompagnement des élèves en situation de handicap…) 

Nous faisons entièrement confiance aux institutions partenaires, que ce soit l’AEFE ou la Mission Laïque-OSUI mais nous défendons  l’intention du législateur dans le code de l’éducation et celle des élus des Français de l’étranger,  à l’origine de la création de la FAPEE  : Dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger, les parents ne sont pas seulement des usagers, ni des clients, simplement exigeants sur la qualité de la prestation,  quand bien même leur contribution a doublé en 8 ans ! 

Ce sont  aussi des partenaires institutionnels, économiques et juridiques. 

-       Institutionnels car nous siégeons au conseil d’administration de l’AEFE et de la Mission Laïque Française et que les parents élus de nos APE siègent aux conseils d’école et d’établissement de nos établissements à l’étranger.

-       Economiques parce que les parents contribuent aujourd’hui pour plus de 60% au coût du réseau par le paiement des scolarités et que la situation budgétaire de l’Etat ne permet guère d’espérer un renversement de tendance.  Economique également, car le bénévolat des parents ajoute fortement aux moyens éducatifs ; Nombre d’APE non gestionnaires gèrent gratuitement le transport scolaire ou les activités péri-scolaires.  Par ailleurs, le modèle de l’établissement conventionné en gestion parentale est un modèle particulièrement économique (Nous avons  demandé aux comités de gestion de valoriser à titre indicatif leur bénévolat). 

-        juridiques enfin, car dans les établissements conventionnés, c’est l’APE ou la fondation qui est l’entité juridique de droit local reconnue par les autorités du pays hôte et seule responsable  patrimonialement, fiscalement, juridiquement.   

Nous sommes donc des partenaires constructifs et vigilants et attendons en retour une  très grande transparence de dialogue. 

Xavier Gonon, président de la FAPEE (www.lepetitjournal.com) mardi 13 octobre 2015
En savoir plus sur : www.fapee.com

 

CFE – Plus de 35 ans de protection sociale pour les Français de l’étranger

Un sondage montre que les Français de l’étranger sont très attachés à la Sécurité sociale. Les expatriés peuvent choisir de continuer à bénéficier de la protection sociale "à la française" en adhérant à la Caisse des Français de l’Etranger (CFE). Michel Touverey, son directeur, nous explique son fonctionnement et ses missions.

MARDI EXPAT - L'afterwork des expatriés

Pour la troisième fois, l'évènement Mardi Expat a réuni plus d'une cinquantaine d'anciens et de futurs expatriés autour d'un cocktail. Organisé tous les mois par lepetitjournal.com, c'est l'afterwork à ne pas manquer pour ceux qui souhaitent…

SONDAGE – Les expatriés aiment-ils encore la France ?

Entrepreneurs, expatriés, étudiants, stagiaires… Qui sont les Français de l’étranger ? Restent-ils attachés à la Mère patrie ? Un sondage IPSOS-Banque Transatlantique inédit, dévoilé au Sénat lors du colloque "Les Français à l’étranger, un atout…
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine