La scolarité complémentaire internationale : garder un lien avec la France

 

Mis en place en 2013, le dispositif « Scolarité complémentaire internationale » du CNED permet à tous les élèves de suivre un enseignement français, quel que soit sa nationalité. Cet enseignement un peu atypique fait ses preuves et rassemble aussi bien les enfants d’expatriés que les étrangers qui veulent découvrir la culture française.

cned Pour les enfants d’expatriés, la scolarité est une question de choix : s’ils souhaitent bénéficier d’un enseignement scolaire à programme français, la formation peut être suivie intégralement à distance avec le CNED. Sinon ils peuvent suivre une scolarité en présence dans un établissement conventionné avec le CNED qui utilise ses contenus.

Depuis la rentrée scolaire de 2013, tous les élèves hors de France peuvent prétendre à la scolarité complémentaire internationale, et ce, sans distinction géographique ou de nationalité. Idéal pour ceux qui ne peuvent fréquenter un établissement à programme français homologué et sont inscrits dans un établissement local !

L’objectif de cette formule est de permettre à ces élèves de suivre, en parallèle de leur scolarité, une formation complémentaire à distance en français et faciliter ainsi une éventuelle poursuite d’études dans le système éducatif français.

Disponible de la grande section de maternelle jusqu’à la terminale, cette formule de scolarisation complémentaire porte sur trois matières fondamentales, qui varient selon le niveau scolaire : français, mathématiques, histoire-géographie. 

Les élèves seront évalués au cours de l’année dans chaque matière au moyen de devoirs retournés aux correcteurs par internet ou par la voie postale

Un lien avec la francophonie

L’intérêt de la démarche tient dans la volonté de créer un lien avec la langue et la culture française pour les jeunes expatriés. En effet, plus d’un enfant expatrié sur deux ne fréquente pas les établissements français de l’étranger.

Le dispositif de scolarisation complémentaire international constitue également une réponse à la demande croissante des élèves étrangers attirés par le système éducatif français.

Cette formule est idéale pour faciliter l’expatriation : ainsi une famille peut s’installer plus aisément  dans une ville où il n’y a pas d’établissement français. Flexible, le dispositif offre un enseignement mieux adapté à la réalité des élèves et est assurément moins contraignant qu’une double scolarisation !

Inscrivez-vous dès à présent sur les pages Scolarité complémentaire internationale école, collège et lycée général du site du CNED.

 
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine