Istanbul

PRIX NOBEL DE CHIMIE – Aziz Sancar : “Envoyez vos filles à l’école !”

Le scientifique Aziz Sancar, vainqueur cette année du prix Nobel de chimie avec deux de ses collègues, a appelé jeudi les parents de son pays natal – la Turquie – à “envoyer leurs filles à l’école”. “De Mardin à Kars et à Edirne, nous devons enseigner les sciences à nos enfants. Nous devons en particulier envoyer nos filles à l’école. Si nous ne le faisons pas, nous perdons la moitié de notre force humaine”, a plaidé le chercheur originaire de Mardin (sud-est). “J’appelle en particulier mes frères de l’est et du sud-est (de la Turquie) à envoyer leurs filles à l’école” a-t-il lancé ce 8 octobre, “Journée internationale des filles”.

Selon le ministère turc de la Famille et des Politiques sociales, 26% des femmes turques sont mariées avant l’âge adulte. La moitié des femmes mariées avant 18 ans subissent des violences de la part de leur époux. Ce taux est de 27% chez les femmes diplômées du lycée, et de moins de 20% chez celles qui sont diplômées de l’université. Toujours selon les chiffres du ministère, 31% des femmes interrogées en Turquie déclarent avoir été empêchées de poursuivre leurs études (à 71% par leur père). Ce pourcentage dépasse 40% dans les zones rurales.

Mercredi, le Suédois Tomas Lindahl, l’Américain Paul Modrich et le Turco-Américain Aziz Sancar ont reçu le prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur le mécanisme de réparation de l'ADN. Aziz Sancar, né en 1946 à Savur (province de Mardin) en Turquie, est actuellement affilié à l'Université de Caroline du Nord. “Ma mère et mon père ne savaient ni lire ni écrire”, a confié le chercheur. Avant de poursuivre : “Mais nous avions de très bons professeurs. Entre 10 et 15 de mes camarades de classées sont devenus professeur d’université. L’éducation est ce qu’il y a de plus important”, a insisté le détenteur du prix Nobel, qui plaide pour un meilleur enseignement “de la physique, de la chimie, de la biologie et de la technologie en Turquie”.

Membre de l’Académie nationale des sciences (Etats-Unis) depuis 2005, Aziz Sancar est diplômé de la faculté de médecine de l’Université d’Istanbul (1969). Après deux ans de pratique médicale dans sa province de naissance, Aziz Sancar a mené un doctorat sur l’enzyme photosensible de la bactérie Escherichia coli à l’Université du Texas (1977), puis des recherches post-doctorales sur la réparation de l’ADN à l’Université de Yale. Il enseigne la biochimie à l'Université de Caroline du Nord, Chapel Hill. Il est l’auteur de 288 articles scientifiques et de 33 chapitres dans divers ouvrages publiés.

Avec son épouse, Gwen Boles Sancar, également professeur dans la même institution, ils ont fondé en 2007 la Carolina Türk Evi, un centre culturel proche du campus de l'Université de Caroline du Nord. Ce centre fournit un hébergement à quatre chercheurs turcs de l’université, accueille pour de courtes périodes des professeurs turcs invités et promeut les échanges turco-américains.

Istanbul (www.lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 9 octobre 2015

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

 

PUBLI-REPORTAGE -Top 5 des destinations d’Asie à ne pas manquer depuis Istanbul

Idéalement situé entre l’Europe et l’Asie grâce à Turkish Airlines, vous avez l’embarras du choix mais ne savez où partir. Votre belle-famille vous rend visite pour Noel ? En panne d’inspiration pour les vacances de Printemps ? Expatriés de longue date ou nouveaux venus, Shanti Travel, agence de voyage locale spécialiste de l’Asie, pense à vous et vous conseille les destinations à ne pas manquer cette année !
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine