Sydney

HIVER AUSTRAL - A la découverte de l'incontournable Great Ocean Road

J’habite à Melbourne depuis 10 mois et je n’avais pas encore eu l’occasion de me rendre sur la Great Ocean Road. Un classique pourtant ! Le week-end dernier, fini de tergiverser, c’est parti pour trois jours de balade accompagnée de Michael, habitué du bush. 

 

Un peu d’histoire

La Great Ocean Road, c’est bien sûr de magnifiques paysages en bordure d’océan mais c’est surtout un mémorial construit entre 1919 et 1932. Érigée en l’honneur des combattants australiens de la Première Guerre mondiale par leurs camarades revenus du front, cette route de 243 km s’étend de Torquay à Allansford. 3 000 anciens soldats ont participé à cette construction de 1919 à 1932. Un travail dangereux, effectué à la main.  

 

Des koalas, des koalas partout !

Quand on découvre la Great Ocean Road avec un oeil de touriste, on part à la découverte de la faune et de la flore australienne. Pour cela, j’ai de la chance. Accompagnée de Michael, botaniste, je ne manque pas un seul Banksia, honeyeater ou rosella !

La région est peuplée de nombreuses espèces d’oiseaux et de plantes comme l’expliquent les petits panneaux explicatifs dispersés sur les lieux touristiques. La Great Ocean Road est notamment connue pour sa dense population de koalas. Premier arrêt pour les observer : Kennet River. Le long de la Grey River Road, des Eucalyptus abritent les petites bêtes à quelques pas de la route.

 

 

Notre coup de coeur, cependant, reste la Otway Lighthouse Road. En revenant de Cape Otway où nous avons observé le ciel brûler lors d’un superbe lever de soleil, nous observons les alentours depuis la voiture, conscients de la présence de koalas. Sur le sol des vaches et des kangourous. Sur les arbres, des kookaburras et tout à coup : un koala. Et pas qu’un ! Ils sont partout ! Au total, une vingtaine d'individus sur seulement quelques mètres. Une densité qui explique certainement les famines qui touchent parfois ces marsupiaux dans la région. 

 

 

 

Les 12 Apôtres et Loch Ard Gorge, passage obligé pour tous les touristes… avant 14 heures.

Après s’être finalement détachés des koalas, nous prenons la route pour les principales attractions touristiques de la Great Ocean Road : les Douze Apôtres et Loch Ard Gorge. La vue est incroyable, mais attention à arriver avant l’affluence de cars touristiques vers 14h. 

En place de douze apôtres, vous n’en trouverez maintenant plus que huit. Et pour cause, ces piliers de calcaires s’érodent et se détruisent.

En poussant un peu plus loin sur la Great Ocean Road, nous tombons sur Loch Ard Gorge. Le 1er juin 1878, le Loch Ard, un navire en provenance d’Angleterre s’échouait dans les environs, ne laissant que deux survivants : Tom Pearce, un apprenti de l’équipage et Eva Carmichael, une migrante irlandaise.

Nous pique-niquons dans la gorge, fascinés par leur histoire avant de partir découvrir ses alentours. Les sons qui sortent du Blowhole et de la Thunder Cave  glacent le sang. Difficile de s’imaginer ce qu’ont vécu les naufragés des bateaux échoués sur ces côtes. 

 

         

 

Mais où est London Bridge ?

Mais où se trouve donc London Bridge? La question s’est plusieurs fois posée au cours de nos balades. À Loch Ard Gorge notamment. Car nous n’avons pas vu ce « monument » de la Great Ocean Road dont on nous a beaucoup parlé. Cette arche de calcaire, partiellement effondrée depuis plusieurs années, est jusque là introuvable.

Nos smartphones nous aident enfin à la localiser. Pour voir le pont, il faut encore avancer sur la route et dépasser Port Campbell. Le soleil se couche mais tant pis, cela vaut le coût de se dépêcher. Nous nous garons alors qu’un groupe sort d’un car mais arrivons à nous perdre pour observer le coucher de soleil et… des pingouins qui marchent sur la plage !

Le lendemain matin, direction les  Triplet Falls. Une heure de marche, au coeur d’une forêt tropicale à tomber, sans croiser âme qui vive. La nature est reine. Alors que nous marchons, nous découvrons des Mountain Ash de plus de 200 ans, des fougères arborescentes d’une taille improbable, des oiseaux… C’est alors que la cascade se révèle, majestueuse, spectaculaire. 

Et dire que cent ans auparavant, les activités d’exploitation du bois brisaient le calme de cette forêt.

 

Le clou du spectacle : lake Elizabeth

Le soleil ne tardera pas à se coucher. Nous n’avons pas encore tout coché sur notre liste de « choses à faire ». Il reste par exemple le lac Elizabeth, à une heure de route. Le responsable de l’accueil de notre auberge nous avait conseillé d’aller y faire un tour. C’est parti. Nous nous perdons en route à cause des indications de notre GPS. Pour y arriver, il est préférable de suivre les panneaux indicatifs à Forrest. 

Le lac est à 30-45 minutes de marche. A son abord, des panneaux conseillent de chercher les platypus dans le silence au lever ou au coucher du soleil. Il est extrêmement rare de les voir dans la nature. Et pourtant, après quelques minutes à observer l’immobilité qui nous entoure, l'eau fait des ondes... Ça bouge, ou plutôt, ça nage !  L’espace de plusieurs secondes, un platypus, évolue dans l’eau à quelques mètres de nous. 

L'émerveillement ne s'arrête pas là. Sur le chemin, de minuscules lumières fluorescentes. La veille, nous avons pu voir quelques Glow Worms (vers luisants) à Melba Gully. Ici aussi, ils sont partout, pas le moins du monde gênés par la lumière de la lampe torche, tels de petits yeux scrutant l'obscurité...

Dans cette ambiance d’un autre monde, nous rentrons à la voiture, prêts à reprendre la route pour Melbourne, avec des souvenirs plein la tête. 

 

 

Manuelle Klaja (LePetitJournal.com/Melbourne), mercredi 8 juillet 2015.

 
Sydney

TEAM UNICEF WORLD RUN - La première course connectée au monde

Le 15 novembre prochain aura lieu la TEAM UNICEF WORLD RUN, première course connectée au monde. Cette événement de 10 kilomètres va permettre aux français et francophones partout dans le monde de courir au profit de l'Unicef le même jour dans des lieux complètement différents de la planête. Une initiative intelligente que lepetitjournal.com encourage
Actualité Australie

BONJOUR PERTH – La France célébrée !

Depuis plusieurs années, des festivals français ont vu le jour dans toute l'Australie. Et cette année Perth n'est plus mise à l'écart. Bonjour Perth, qui aura lieu le 24 octobre au Langley Park Perth CBD, promet de voir la ville en bleu, blanc, rouge.
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine