Varsovie

A VOS JEUX... ET BD – Festival de Łódź 2015

 

Jeux vidéo ou jeux de société, mangas, comics, Star Wars… Ils étaient tous présents le weekend des 3 et 4 octobre à la 26è édition du Festival International des Jeux et de la BD (Międzynarodowy Festiwal Gier i Komisku) à Łódź. Entre les participants aux jeux et les simples spectateurs peuplant les gradins, entre une conférence de créateur BD et une séance dédicace, le festival aurait attiré, selon les organisateurs, plusieurs milliers de visiteurs.

Un stade divisé

L'Atlas Arena ou le plus grand stade de Łódź. Hormis le festival de l'immobilier et divers tournois de sport, il accueille des artistes tels que Charles Aznavour, André Rieu, the Scorpions ou encore Lenny Kravitz. Le weekend dernier, il s'ouvrait au festival des jeux et de la BD. Jeux électroniques et jeux de société, BD sous ses formes européenne, japonaise (manga) et américaine (comic books). Qui dit thèmes variés, dit public varié. Un public qui a littéralement divisé le stade. Les amateurs de BD se partageaient le hall supérieur parsemé de stands d'éditeurs et les trois salles auxiliaires pour les conférences. Les accros de jeux vidéo s'entassaient dans les gradins et au centre de l'arène. En bref, deux publics largement différents qui se mêleront peu ou pas.

Des jeux en pleine action

Atlas Arena, samedi 10h: une foule composée principalement d'adolescents fait la file pour se procurer un bracelet blanc ou rose, soit une entrée d'un jour ou deux. Ils sont venus suivre les péripéties des championnats polonais de Counter Strike: Global Offensive et de League of Legends, respectivement organisés samedi et dimanche. Entassés dans des gradins, les spectateurs suivront sur écran géant les prouesses de deux équipes rivales chacune composées de quatre participants. Le tournoi est organisé par ELS qui propose des jeux interactifs sur internet. Dans l'arène, un espace avec des ordinateurs: chacun peut s'essayer aux bébés de la firme. Pendant les deux jours, la foule des curieux ne semble pas y dégrossir. Les stands voisins regorgent de t-shirts, statuettes et autres produits dérivés. A côté, se déroule un concours: 48h pour créer le meilleur jeu vidéo...

Les jeux de société, avec l'éditeur polonais Egmont, occupent une moitié de l'arène plus grande que populaire. A mettre en cause: la faible intensité de l'éclairage rendant visible l'écran géant, mais privant de lumière les plateaux de jeux. Une vingtaine de tables, autant de jeux différents et un espace qui sera surtout prisé le dimanche par les familles. Dans la variété proposée, on retrouve entre autres Duuuszki, c'est-à-dire la version polonaise du jeu Bazar bizarre, créé par le Français Jacques Zeimet aux éditions Gigamic. Aucune trace des autres éditeurs de jeux polonais nombreux mais plus présents au festival de jeux Planszówki na Narodowe organisé le même weekend à Varsovie.

Rosiński & Co

La BD, oui, mais laquelle? Celle de tradition franco-belge, démarrée par Hergé (Tintin) et Saint-Nazaire? La branche populaire des super-héros américains, avec les Marvel et la DC Comics? Ou  le secteur thématiquement diversifié des mangas japonais? Le festival s'est ouvert aux trois genres. D'abord, l'Europe avec Grzegorz Rosiński, star des stars de la BD polonaise. Il fut découvert à l'Ouest suite à sa rencontre avec Jean Van Hamme, le scénariste belge de Largo Winch et de XIII.  Leur premier album La magicienne trahie (1980) connaîtra un succès fabuleux et leur série d'heroic fantaisy Thorgal deviendra culte. Rosiński était accompagné de son fils Piotr et de Patrick Gaumer, grand théoricien français de la BD à qui on doit notamment le Dictionnaire mondiale de la bande dessinée. Des étoiles montantes présenteront leur dernière oeuvre: Krzysztof Gawronkiewicz ou Gawron (Achtung, Zelig!), Grzegorz Janusz (Micropolis) et bien d'autres. Honneur sera faite aux anciennes gloires polonaises avec une expo consacrée à Janusz Chrysta, le créateur de Kajko i Kokosz, des «Astérix et Obélix slaviques» ou une BD dans la tradition de la ligne claire d'Hergé.

Le manga, thème moins exploité au festival, ne bénéficiera que de quelques conférences et de beaucoup d'éditeurs. Les comics auront une plus belle attention avec des rencontres d'éditeurs et d'auteurs. Citons entre autres les américains Alan Grant et Simon Bisley pour Lobo ou Tom Grindberg pour Judge Dredd. Dans les stands surmontant les gradins, les éditeurs polonais proposent une multitude de Superman, Batman, Avengers. Au rayon des artistes internationaux, la portugaise Joana Afonso (Bal) ou les italiens Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso (Jan Karski. L'homme qui a découvert l'holocauste). Pour un festival «international», une internationalité en fin de compte très fragile qui ne tient qu'à la présence de quelques invités étrangers dans un festival largement polonophone et dont le choix d'auteurs cible les goûts du lecteur polonais. Détail important: l'immense présence de l'éditeur Egmont. Outre des produits du pays, il traduit les classiques de la BD franco-belge et depuis 2015, ceux de l'éditeur américain DC comics.

Et enfin, l'invité star

Cette année, le festival s'est concentré sur la série Star Wars (ou La guerre des étoiles). Héros déguisés qui déambulaient pour le plaisir des petits et grands enfants, légos parfois complexes de vaisseaux et objets divers de la série culte, affiches et jeux vidéo basés sur les films et enfin, conférences sur le sujet. Une touche sympathique qui, de par son omniprésence sur le festival, lui conférait une meilleure homogénéité. Olivier Noël

Lien utile : http://komiksfestiwal.com/

Olivier Noël (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mardi 13 octobre 2015

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

BIERE POLONAISE – Bien plus populaire que la vodka !

L’industrie de la bière en Pologne fait exploser les chiffres de ventes ces dernières années, alimentée par une soif aussi polonaise que mondiale. Industriel ou artisanal, ce breuvage est le plus apprécié des Polonais, allant jusqu’à mettre à mal nos préjugés sur la consommation de vodka.

A VOS JEUX... ET BD – Festival de Łódź 2015

Jeux vidéo ou jeux de société, mangas, comics, Star Wars… Ils étaient tous présents le weekend des 3 et 4 octobre à la 26è édition du Festival International des Jeux et de la BD (Międzynarodowy…

SOMMET DE L'OTAN - Ce qu'en attend la Pologne

M. Robert Kupiecki, sous-secrétaire d’Etat au Ministère de la Défense, décrit dans une tribune publiée dans Rzeczpospolita Jeudi dernier les attentes de la Pologne vis-à-vis du sommet de l’OTAN qui…

AGENDA DU WEEK-END – Les bons plans

Ce week-end, la culture descend dans la rue ! A Varsovie, le Festival du film se déploiera dans les avenues avec de nombreux stands et projections qui attiseront la curiosité des passants. A Łódź, ce…
Une internationale

SEBASTIEN MOBRE - Le sprint dans un fauteuil

Sébastien Mobré a un palmarès plus étoffé que celui de Christophe Lemaître : 16 fois champion de France, champion du monde du 100 m (2011), vice­champion du monde sur 200 et 400 m (2011), finaliste sur 100 et 200 m aux Jeux Olympiques de Londres... Pourtant, l'un et l'autre n'ont ni la même médiatisation, ni les mêmes financements. Sébastien Mobré court... dans un fauteuil. À quelques jours de rejoindre le Qatar pour disputer les championnats du…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Arrêtons de transformer la carrière du conjoint expatrié en carrière accessoire

Longtemps, la culture expatriée a attribué au conjoint le rôle de soutien de carrière. Le pari ? Tout miser sur la carrière du plus fort, du plus diplômé, du mieux rémunéré. Bilan des courses après plusieurs décennies: le modèle de hiérarchisation des carrières est en fin de vie. Baisse du pouvoir d’achat dans le pays d’accueil, frustration personnelle, risque de rupture de carrière, fragilisation financière au retour en France : aujourd’hui, les carrières duales s’imposent.

BEATRICE DELAHAIE - "Dubaï est un superbe accélérateur de carrière"

 Béatrice Delahaie, Directrice des opérations au Moyen-Orient pour la célèbre marque de cosmétique Nuxe, a accepté de répondre à nos questions. Aujourd’hui, installée à Dubaï depuis 2013, Béatrice se confie sur sa vie à Dubaï, sa carrière et son avis sur la ville.
Expat - Politique
Magazine